Tout sur Tout

Cas clinique karma-thérapie

Michelle a 18 ans et un petit emploi de bureau...

Elle a l’intention de reprendre des cours à l’université, mais n’a aucune idée de ce qu’elle veut faire plus tard. En fait, le vrai problème, c’est que Michelle a une peur maladive de l’autre.

Dès qu’un inconnu l’approche, sa poitrine se serre, et elle peut à peine respirer. Elle devient toute rouge et confuse. Elle est incapable de regarder quelqu’un dans les yeux. Toute sa vie Michelle a eu des difficultés pour aborder d’autres personnes, et cette difficulté n’a fait que s’aggraver ces derniers temps.

Lorsque je lui ai demandé de retourner à la toute première fois où elle avait ressenti ces troubles, Michelle se retrouva spontanément dans une vie primitive. Elle et sa famille vivaient en bordure du désert, luttant chaque jour pour survivre. Les températures étaient incroyablement élevées le jour, puis chutaient à zéro la nuit, et chacun se retrouvait serrés l’un contre l’autre.

Un jour son père les prévint qu’un groupe d’hommes arrivaient du désert. Michelle avait alors six ans. Elle rejoignit son père à l’extérieur de la hutte pour voir les hommes s’approcher. Ils étaient environ vingt, tous assis sur des chameaux. Une fois à leur hauteur, le chef du groupe demanda de quoi boire et manger.

Le père de Michelle, qui était un homme hospitalier, leur offrit un peu d’eau et de nourriture. Puis il leur expliqua qu’il n’avait rien d’autre à manger.

Le chef du groupe entra dans une rage folle. Il désigna les trois chèvres maigres que la famille possédait, et demanda qu’on en tue une pour lui et ses hommes. Après que le père de Michelle ait refusé, le chef sauta de son chameau et le poignarda au coeur. Les hommes prirent les trois chèvres et s’enfuirent.

Michelle était à présent agenouillée au coté de son père mort, lorsque sa mère enceinte et les trois autres enfants sortirent de la tente.

Aucun d’eux ne pleura. Instinctivement, Michelle comprit qu’ils allaient tous mourir, car ils venaient de perdre en l’espace de quelques minutes le gagne-pain de la famille, et toute leur richesse.

Les enfants étaient trop jeunes pour enterrer leur père. Ils le traînèrent dans le désert et l’abandonnèrent. Puis ils retournèrent à la tente et attendirent la mort. Elle ne mit pas longtemps à venir.

Michelle raconta son histoire d’une voix monotone et hachée. Lorsque elle me dit qu’elle n’avait pas pu enterrer son père, elle fondit en larmes et pleura pendant plusieurs minutes.

Elle acquiesça de la tête après que je lui ai demandé si cette triste histoire était à l’origine de sa peur des étrangers.

"Es-tu capable de laisser aller cela ? lui demandais-je. Est-ce que tu réalises malgré tout que la plupart des gens sont fondamentalement bons ?"

Elle acquiesça de nouveau. "C’est parti, dit-elle. Je l’ai laissé aller."

Michelle parut complètement transformée lorsque elle revint dans le présent. Elle avait davantage de vie et d’énergie, et était maintenant capable de me regarder droit dans les yeux.

Quelques jours plus tard, sa mère appela pour me remercier d’avoir transformé la vie de sa fille.

"C’est comme si elle commençait une nouvelle vie, me dit-elle. Elle n’arrête pas de parler et de rire. Elle a même un garçon qui l’a appelée hier au soir. Ce n’était jamais arrivé auparavant."

Que s’est-il passé dans le cas de Michelle ? S’agissait-il d’une pure fantasmagorie de son esprit ? D’une intrusion dans ce que Jung a nommé l’inconscient collectif ? Ou bien du revécu d’une véritable mémoire ancestrale ? Il est impossible d’apporter une réponse définitive à de telles questions.

Le travail du thérapeute n’est pas de juger, mais plutôt de constater, puis de témoigner des incroyables capacités de l’esprit humain, et des chemins parfois extraordinaires qu’emprunte la guérison...

Source : karma-therapie.com


Articles complémentaires



KARMATHERAPIE